Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 19:49

non anime6

 

"Faites vivre votre passion, elle vous réchauffera quand le monde deviendra froid."
 

Repost 0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 19:03

mélancolie par c JL62 flickr

 

 

 

Lettre pour Théodore, le 11 octobre 1918

 

Pour l’atelier de l’Ecriture ludique

" Un auteur de roman a succès n'avait plus rien écrit depuis une dizaine d'années lorsqu'un matin, en ouvrant ses volets, il court s'installer à son bureau et se remet à écrire"

 

Le 11 octobre 1918

Théodore,

La flamme de la chandelle se consume et danse suivant chaque battement de cils et la cire s’écoule lentement sur le socle déposé sur le petit secrétaire où je t’écris. Le temps me semble long et j’ignore encore de quoi demain sera fait.

Cette pièce est le seul refuge dont nous disposons car ici tout a été incendié. Il ne reste plus que des ruines. Dehors la cendre recouvre la chaussée ensanglantée et le ciel rougeâtre lui fait écho. Le vent n’arrange rien et emporte avec lui ces funèbres molécules odorantes. Nos morts sont étendus sur le sol et il n’y a plus âmes qui vivent excepté nous deux Suzanne et moi. Nous nous étions cachées fort heureusement sous la trappe du vestibule non loin de l’entrée.

J’espère que cette lettre te parviendra, je sais que tu aies sur le front et en danger chaque seconde qui passe. Je prie, mon fils, afin que tu sois épargné et revienne sain et sauf.

Je me sens lasse. Suzanne s’est blessée en voulant empêcher l’incendie de nos récoltes. Je la soigne comme je peux mais nous manquons de pansements et d’antiseptiques. Nous n’avons plus beaucoup de morphine. Tout à l’heure, j’irais voir au dispensaire s’il y a des survivants et chercher tout ce qu’il faut pour apaiser sa douleur.

Nous nous efforçons de cultiver la terre du mieux que nous le pouvons mais nous ne sommes que deux pour tous ces hectares et cela me semble insurmontable. Nous manquons de main d’œuvre. Cependant j’ai bien peur que le feu n’est tout calciné.

J’ai hâte que cette guerre se termine et que tu reviennes enfin dans ton foyer.

Sache que ton futur enfant se porte bien et qu’il naîtra dans deux mois. Suzanne est d’un tempérament solide et ce n’est pas ces quelques brulures aux poignets et aux mains qui l’arrêteront.

A très bientôt mon fils

Nous t’embrassons bien tendrement et ne cessons de penser à toi.

Maman

 

© Almaya, le 14/11/11

 

Repost 0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 21:55

Image-Indien-30

Love looks not with the eyes, but with the mind.

 

L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme.


William Shakespeare
Le Songe d'une nuit d'été

 

 

Repost 0
Published by Almaya - dans citations
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 16:37

indienne11 louve lise

Silencieuse jusqu’au dégel

 

 

Son nom raconte comment

cela se passait avec elle.

 

 La vérité est qu’elle ne parlait pas

en hiver.

 

 

Chacun avait appris à ne pas

lui poser de questions en hiver

une fois connu ce qu’il en était.

 

 

Le premier hiver où cela arriva

Nous avons regardé dans sa bouche pour voir

si quelque chose avait gelé

Sa langue peut-être ou quelque chose d’autre au-dedans.

 

 

Mais après le dégel, elle se remit à parler

Et nous dit que c’était merveilleux ainsi pour elle.

 

 

Ainsi, à chaque printemps

Nous attendions, impatiemment.

 

   

Poème- nom Indien Cree , raconté par Samuel Makidemewabe, Swampy Cree du Canada.

Pour en savoir plus, je vous conseille la lecture de "Partition rouge", Anthologie. Poèmes et chants des Indiens d' Amérique du Nord, traduits et présentés par Jacques Roubaud et Florence Delay. Editions du Seuil, 1988.

 

 

 

Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 17:26

 

indienne-loups-457760-riverdance.gif

Beaucoup à dire (Poème nom Cree)

 

Cette fille n’arrêtait pas de faire des paniers.

Elle en tressait beaucoup, et aussi elle en faisait

commerce dans ce village

et tout alentour, dans d’autres villages.

Les paniers étaient posés en rang sur le sol

Chacun rempli de paroles. Vous voyez

elle mettait quelque chose d’important pour elle

dans chaque panier. Quelque chose de sa vie.

Alors vous pouviez en choisir un

Pour ce qu’elle y racontait

Simplement en soulevant le couvercle !

 

De cette façon, vous faisiez sortir le conte.

 

C’est ainsi qu’elle avait beaucoup de bouches

Posées en rang sur le sol.

 

Le jour où j’en ai choisi un il y avait

Un crâne de poisson-chat dedans !

Elle racontait comment elle avait attrapé ce poisson

Qui grimaçait sous des roches

Quand elle l’attrapa.

C’était le premier poisson qu’elle n’eût jamais attrapé.

 

Elle grimaçait pendant toute la durée du conte.

 

Autres poèmes noms dans Partition rouge, Anthologie, Poésie, Points

Repost 0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 18:32

La-course-contre-le-temps--01--tankafaire.pngLa course contre le temps (Le tanka faire  d’octobre)

 

Que m’importe le temps et ce que sème le vent

Poussières d’étoiles ou pluie d’aspiration

Je chasserai tous ces dragons agités

M’envolerai sur l’un d’eux apprivoisé

Les aurores boréales traceront ma voie

Et toutes ces paillettes  nous inonderont

©  Almaya

Repost 0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 15:16

plumes

Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.
Mahatma Gandhi

Repost 0
Published by Almaya - dans citations
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 21:42

na_pl_11_bison.gif

Le bison blessé.

 

Défi pour l’Ami-mot : Lejeudemoiseptembre

 

Inventer une histoire animalière en y insérant ce proverbe chinois.

La langue bute toujours sur la dent qui fait mal

ATTENTION, le proverbe doit pouvoir se lire dans le sens

de la lecture mais chacun des mots doivent être séparé

avec un minimum de dix lettres

 

Le bison blessé.

Les bisons s’étalent à perte de vue. Ils peignent la vallée qui solitaire les attend.

L’un d’eux, jeune et  isolé, langue pendue, petit vadrouilleur de la prairie, bute contre un vieux rocher qui était posé ici depuis tant d’années. Toujours est-il que notre buffalo ne s’est pas pour autant avoué vaincu, il se releva avec fierté, le regard droit sur l’horizon. Tout en boitant, la famille l’attendait inquiète. Avec  une dent en moins, il s’est mis à hâter le pas pour la retrouver. Mais l’aigle qui l’observait le suivait pas à pas. Et la nature quelquefois se montre bien injuste. Ce qui est fait devant être fait, l’animal à quatre pas s’écroula avant d’arriver à destination. Mais ce n’est pas sans compter sur l’arrivée soudaine de ses congénères qui firent un cercle autour de lui, le protégeant ainsi du mal de cet oiseau qui prévoyait sa mort beaucoup trop tôt.

© Almaya, le 28/08/2011

 

Repost 0
Published by Almaya - dans Jeux poétiques
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 16:57

6v8cjnws tigresse 004

 

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller un peu plus loin
Je veux voir comment c'est, là-haut
Garde mon bras et tiens ma main

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Laisse mon bras, mais tiens ma main
Je n'irai pas plus loin qu'il faut

Encore un pas, encore un saut
Une tempête et un ruisseau
Prends garde! Prends garde: j'ai laissé ta main
Attends-moi là-bas: je reviens

Encore un pas, un petit pas
Encore un saut et je suis là,
Là-haut, si je ne tombe pas...
Non! J'y suis! Je ne tombe pas!

C'est beau! C'est beau!
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C'est beau! C'est beau!
La mer plus petite que soi
Mais tu ne me vois pas

Un peu plus loin, un peu plus seul
Je n'veux pas être loin tout seul
Viens voir ici comme on est bien
Quand on est haut, oh! comme on est bien

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je n'peux plus te tenir la main
Dis-moi comment j'ai pu monter,
Comment r'descendre sans tomber

Un peu plus loin, un peu plus fort
Encore un saut! Essaye encore!
Je voudrais te tendre les bras;
Je suis trop haut, tu es trop bas

Encore un pas, un petit pas
Tu es trop loin! Je t'aime!
Adieu! Adieu! Je reviendrai
Si je redescends sans tomber

C'est beau! C'est beau!
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C'est beau! C'est beau!
La mer plus petite que soi
Mais tu ne la vois pas

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Peut-être bien qu'un peu plus haut,
Je trouverai d'autres chemins

Paroles et Musique: Jean-Pierre Ferland 1969

 

 

Repost 0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 21:35

plumesLe chemin le plus court pour aller d'un point à un autre n'est pas la ligne droite, c'est le rêve.

Repost 0
Published by Almaya - dans citations
commenter cet article

Présentation

  • : L'imaginarium d'Almaya
  • L'imaginarium d'Almaya
  • : Venez dans mon tipi, découvrir au fil des jours mes mots étoilés, mon anthologie, mes créations poétiques,mes illustrations, mes coups de cœur culturels, la sagesse amérindienne et le coin des petits poètes. Je vous invite au partage.
  • Contact

bienvenue 013 

Recherche

indian

indiennes-bisons

Mes communautés


J'ai ouvert trois communautés: 

 

ninrpwq4 louve 17 

Poésie-thérapie

  

 

 

zz0ti1rp

  

Poésie pour enfant    

   

1kjfydle-189b292 Sagesse et spiritualité amérindienne


 

RESPECT DU DROIT D'AUTEUR

Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes, des photographies et des illustrations sans accord de l'auteur sont interdits.

Exceptées mes photographies ou illustrations, j'utilise des photographies gratuites et libres de droit. Ainsi l'auteur, le titre et le site sur lequel apparaît l'image sont mentionnés.
  

 cf52dcca

Les illustrations sont principalement issues d'artistes amérindiens dont vous trouverez leurs oeuvres sur leur site respectif:

http://www.davidpenfound.com/

http://www.detha-watson.com/

http://www.leebogle.com/

 Pour les autres, leur nom apparaît sur l'image.

 


Merci  de votre visite.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou un message si vous souhaitez partager avec moi vos coups de coeur.

Almaya

indienne11 louve lise